Numéro 3 est revenu de classe de neige. Il était parti pour trois semaines, chargé de toutes ses affaires de ski, de sport et autres habits de circonstance. Avec une valise pleine de courrier à écrire, de photos de la tribu pour ne pas se sentir seul, une petite appréhension, un grand courage et deux appareils photos jetables pour nous ramener des souvenirs.
Au bout de quelques jours, nous avons reçu une première lettre très enthousiaste :

" Cher Papa, chère Maman,
Ici tout va bien. La classe de neige, c'est super, je nage de bonheur."

Autant dire que nous étions rassurés ! Nager de bonheur en classe de neige était une belle façon de dire que tout allait pour le mieux, bien qu'à mon sens skier de bonheur eut été plus approprié.
Nous n'avons reçu aucune carte postale. Numéro 3 envoyait consciencieusement de longues lettres manuscrites à la tribu, relatant sa vie au loin avec forces détails, n'omettant jamais de demander des nouvelles des deux lapins de la maison... (Il nous expliquera plus tard qu'il n'avait pas acheté de carte postale pour économiser son argent de poche, préférant nous ramener dix plaques de chocolat suisse et du fromage du cru.)

De retour par chez nous, après des embrassades câlines mémorables, un vidage de valise remplie d'une tonne de linge sale, quelques bisous aux deux lapins familiaux, plein de sourires et une bonne nuit de sommeil, il m'a remis ses deux appareils photos jetables emplis de clichés de son séjour. Et, m'a-t-il dit, "il faut vite les développer car j'ai trop hâte de voir ce que ça donne."
Je me suis donc rendue chez notre photographe, lui ai donné les appareils et lui ai fait jurer de développer les photos au plus vite. Deux jours plus tard, munie des tickets, j'ai couru récupérer lesdites photos. J'avais très envie d'ouvrir les deux pochettes pour voir les exploits de Numéro 3. Mais je ne sais quelle pudeur m'avait retenue. C'était à lui de me les montrer. En outre, j'avais le souvenir cuisant du retour de voyage de ma fille à l'île de la Réunion lorsqu'elle avait le même âge. Après un projet pédagogique de trois années, leur maître avait organisé un échange avec une classe de l'île. C'était inespéré pour les enfants : deux semaines à l'île de la Réunion ! Nous n'y étions jamais allé et attendions de voir de beaux paysages. Notre chère tête blonde était revenue avec quelques photos... de ses copines, des sandalettes de toutes ses copines, de quelques fourmis rouges passant par là, de chouettes grimaces et de quelques contre-jours mémorables !!!
Alors, j'ai pris mon mal en patience et suis revenue à la maison sans avoir ouvert les deux pochettes.

Numéro trois a souri de toutes ses dents, a sorti les photos et m'a dit, ravi "Regarde comme c'était chouette !"
Il y avait là quelques photos de copains, des photos de grimaces, une photo de son lit avec la couette en boule, une photo de son lit avec la couette bien à plat, trois photos de son armoire de rangement, une par étagère où l'on voyait ses pantalons et ses slips bien alignés, deux photos de sa chambre, quelques photos de ses doigts, un paysage de neige caché par un copain qui passait devant l'objectif, quelques photos noires prises dans une salle de spectacle, et quelques contre-jours mémorables.


Retour à l'accueil