Il est tard, très tard.
J'aime ces fins de journées où j'ai le sentiment d'avoir achevé des choses importantes, des choses choisies et voulues, des choses utiles. Ces journées remplies d'amitié et d'amour, où le sourire de ceux que j'aime est un cadeau de tous les instants. Ce sentiment de plénitude que doit connaître l'artiste à la fin de la réalisation d'une oeuvre d'art. Je ne fais pas d'oeuvre d'art, non . Mais j'aime ces journées très remplies où chaque minute compte, où chaque chose se vit intensément.
Je monte pour me coucher, dans ma chambre sous les toits, non sans passer par la case douche, passage nécessaire à ma détente complète avant un sommeil profond.
C'est un moment rien qu'à moi, où la maison est silencieuse et somnollente, un moment de détente très agréable. Un de ces moments où il n'y a que soi qui compte...
Juste au-dessus de ma douche, il y a une petite fenêtre rectangulaire basculante, qui, en position ouverte, laisse s'échapper la vapeur d'eau pendant mes ablutions du soir. Depuis ce rectangle de verre, je vois les étoiles et la lune sur toile sombre, mais surtout, les odeurs d'un soir d'été arrivent jusqu'à moi.
C'est indescriptible... Il monte des odeurs d'herbe coupée et de fleurs d'été, des odeurs simples et douces, sans pollution aucune, des odeurs de soirs de vacances dans le sud... Une petite brise souffle légèrement. Cet air léger après une journée chaude et lourde me met en transe. Il n'y a que le bruit de l'eau et cette sensation étrange d'être quelqu'un d'autre, cet appel de la nature qui me traverse de part en part. Mes jambes fourmillent, mon esprit s'emballe et seule la raison m'empêche de descendre dans le jardin pour une petite promenade nocturne. Et c'est à regret que je rejoins mon lit, pourtant fatiguée, en rêvant d'être un faune et de courir au beau milieu des odeurs de la nuit...
Retour à l'accueil