Il s'appelle Gaspard. Il a 8 ans.
Il vit avec son papa et sa grande soeur dans un appartement que l'on pourrait qualifier d'insalubre. Cet appartement sent mauvais, à la fois l'urine, le chien mouillé et les reliefs de repas très anciens. Gaspard s'habille seul, mange seul et survit lamentablement comme il peut. Sa maman a été internée il y a quelques temps parce qu'elle boit et qu'elle est dangereuse pour elle et sa famille. Le papa de Gaspard travaille jour et nuit pour subvenir aux besoins de sa famille, mais aussi aux soins médicaux de son épouse. La grande soeur de Gaspard a 9 ans tout juste. Elle est incapable de s'occuper correctement de son petit frère.
Le matin, Gaspard arrive à l'école avec un tee-shirt troué aux odeurs insupportables, quelquefois il n'a même pas mangé avant de partir.
Gaspard a une petite bouille d'ange, une grande intelligence, mais il n'est pas un bon élève. Il n'y arrive pas. Gaspard pense probablement à sa maman toute la journée, alors les maths et le français, l'école, ce n'est que le cadet de ses soucis...
Gaspard est bagarreur. Il a du mal à rester calme. Tout l'énerve. Les autres enfants le savent différent.
Cette semaine, entre midi et deux, alors que les enfants étaient surveillés par les personnels de cantine, Gaspard a été roué de coups, frappé à coups de corde à sauter par six enfants "biens sous tous rapports", des enfants normaux de familles normales, des familles où l'on a un papa et une maman qui vous aiment, des familles où l'on mange à sa faim et où l'on va à la messe le dimanche.
Parce que lorsqu'on dit que les enfants sont cruels quelquefois, c'est malheureusement trop vrai...

Retour à l'accueil