Vous souvenez-vous de ce film qui s’intitulait « La vie est un long fleuve tranquille », film d’Etienne Chatilliez où l’on faisait connaissance avec Le famille Groseille et la famille Le Quesnoy. Ce film a marqué son époque et il en est resté quelques phrases fétiches que l’on peut toujours entendre aujourd’hui « C’est lundi, c’est raviolis » ou « mais j’vous jure madame j’ai jamais couché avec un garçon » phrase à laquelle Mme Le Quesnoy répondait «  Je vous en prie Marie-Thérèse ne jurez pas ». Ou encore l’éternelle chanson « Jésus revient » que tout le monde sait fredonner.

 

Je ne sais pas pour vous mais moi, ce film m’a fait beaucoup rire et l’opposition entre les deux familles : Groseilles d’un côté, vulgaires et beaufs à souhait, et les Le Quesnoy de l’autre, prout prout et cathos bien pensants, c’était une fort belle réussite cinématographique.

Merci à GentleM qui m’a envoyé ce petit lexique de traduction entre langage Groseille et langage Le Quesnoy, ça m’a fait bien rire. Et je vous en fait profiter !

Attention, loin de moi l’idée de stigmatiser qui que ce soit ou quoi que ce soit, mais ces mots-là, vous les avez déjà sans doute entendus, et pas forcément à l’endroit où vous auriez pu vous attendre à les entendre…J’en dis moi-même quelques uns quelquefois d’ailleurs…je le reconnais volontiers.

 

Bonne lecture !

Balle (C'est de la) : Exprime l'enthousiasme, quelque chose de bien, de beau, de positif. Exemple : Cette meuf, c'est de la  balle (Je ne suis pas insensible aux charmes de cette demoiselle).

Bouffon : Qui ne s'apparente pas au clan. Exemple : Nique-lui sa race à ce bouffon ! (Rabats lui son caquet à cet individu qui ne s'apparente pas à  notre milieu !).

 

Carotte : Du verbe carotter (extorquer, voler), mais dans une forme invariable. Exemple : Il m'a carotte un zedou de teuchi,  l'bâtard, tu vas voir comment je vais le niquer grave (Le scélérat m'a dérobé douze grammes de cannabis, il va s'en mordre les doigts).

 

Chelou : Bizarre, inhabituel. Par extension, qui ne s'apparente pas au clan. Exemple :  La prof d'anglais elle a des veuch tout chelous (Ce n'est pas tous les jours que l'on voit une coupe  de cheveux aussi inhabituelle et cocasse que celle de la professeur d'anglais, qui par extension ne s'apparente pas à notre milieu).

Comment : Exprime l'intensité. Exemple : Comment je lui ai niqué sa race à ce bouffon ! (Je sors indéniablement vainqueur du combat qui m'a opposé à cet individu qui ne s'apparente pas à notre style de vie, ceci dit en toute modestie, s'entend, et avec la sportivité qui s'impose en de pareilles circonstances).

 

Foncedé : Se dit d'une personne qui vient de consommer du cannabis. Exemple : Je suis foncedé  (Mon regard est vitreux, je perds mes mots, un mince filet de bave s'écoule sur  mon menton et je rigole comme un décérébré, sans aucune raison. J'ai payé assez  cher pour me mettre dans cet état. Bref: je viens de consommer du cannabis).

Gun : Arme à feu. Exemple :  Zyva prête-moi ton gun, l'aut'batârd y m'a manqué de respect (Pourrais-tu s'il te plaît me prêter ton arme à feu, afin que je règle son compte à l'importun qui n'a été qu'à moitié urbain à mon égard).

 

Kiff(er) : Apprécier. Exemple : Comment je kiffe trop son cul (Le sien postérieur n'est pas sans éveiller chez moi des pulsions bien naturelles, qui me mettent dans une humeur joviale, pour ne pas oser dire gauloise).

 

Mortel : Bien, beau, dont on peut se réjouir (invariable).  Exemple : Elles sont trop mortelles tes Nike (Vos chausses s'entendraient fort bien avec mes pieds, aussi  vous demanderai-je de m'en faire l'offrande sans opposer de résistance).

 

Mito : Mensonge. Dérivé de mythomane (menteur). Exemple : On me fait pas des mitos à moi,  bouffon ! (Je ne suis pas le genre de crédule à qui vous ferez gober vos sornettes, individu qui n'appartient pas à notre milieu !).

 

Race (sa) : Exprime le mécontentement. Exemple : Sa race ! (Je suis d'humeur maussade). Sa race, c'bouffon ! (Mon anneau pylorique est complètement fermé. C'est le résultat de la proximité de cet individu).

 

Sérieux : Indique que le  propos est grave, solennel, et qu'il faut donc lui accorder le plus grand crédit.

Exemple : Sérieux,  j'kiffe trop son cul à votre fille (Monsieur, j'ai l'honneur de vous demander la main de votre fille).

 

Tèj : Jeter, refuser, réfuter, envoyer promener. Exemple :  T'aurais vu comment il a tèj la prof d'anglais ! (Il ne s'est pas laissé démonter face aux réprimandes de la professeur d'anglais ! ).

 

Trop : Exprime  l'intensité. En cela, synonyme de comment. Trop et comment peuvent  éventuellement cohabiter dans la même phrase, pour exprimer une intensité très élevée. Exemple : Trop la honte, ce blouson (Ce blouson est ridicule, et dans des proportions considérables). Trop comment je suis foncedé ! (J'ai fumé une quantité déraisonnable de cannabis. Je crains que mon acuité intellectuelle en pâtisse pour la paire d'heures à venir).

 

Truc-de-ouf : Désigne une chose peu commune, qui dépasse l'entendement. Exemple : C'est un truc de ouf ! (Mon dieu, mon entendement est tout dépassé !).

 

Zyva : Indique que la  demande est pressante. Exemple : Zyva, fait méfu, sale chacal (Ne sois donc pas si avare de ta cigarette purgative, et fais-en profiter ton vieil ami qui trépigne d'impatience).

 

 

 

 

 

Retour à l'accueil