Quelques longues minutes passées adossée au comptoir sans âme, un bureau sombre d'où l'homme me regarde bizarrement. Il a du mal à comprendre mes yeux au bord des larmes. Il est un peu gêné parce qu'il n'a pas été agréable au moment de mon arrivée. "Perdue ? N'avez que la redéposer, c'est tout !"
Mais quelques mots ont suffi pour qu'il comprenne qu'il ne s'agit pas d'une plainte pour un vol de vélo, loin s'en faut. Alors il a pris les choses en main, et me rassure pendant qu'il tapote le clavier de son ordinateur.
Pourtant, il me faudra revenir plusieurs fois. Enfin, quelques jours plus tard, il me sourit, il l'a retrouvée. Mon sourire larmoyant le rassure à moitié. De suite, il me parle doucement en m'expliquant les prochaines démarches. Non, il ne va pas me laisser encore deux ans sans nouvelles. Oui, il suffira de lui téléphoner directement. Et non, il ne faut pas stresser, rien n'est classé, l'affaire est en cours.
Je referme doucement la porte, traverse la grande cité de verre et d'un pas un peu plus léger, je retourne à ma vie quotidienne. Le soleil darde un rayon vers moi. C'est sûr, je vais aller mieux...

A tous et toutes, juste un mot pour vous dire combien vos mots gentils, doux et réconfortants m'ont touchée, combien je vous garde au chaud au fond de mon âme et de mon coeur... merci...
Retour à l'accueil