Petit chapeau de feutre rouge très chic. Maquillage des grands jours. La vieille dame entre et se dirige vers la table. Elle parlemente quelques secondes avec l'assesseur, puis après avoir crié un NON sonore, repart dans la deuxième file d'attente. Elle tient dans ses mains ses papiers qu'elle triture de ses doigts tordus par l'arthrite. Elle sourit dans le vague et se marmonne à elle-même des choses incompréhensibles. Elle se tourne vers les personnes qui la suivent et les prend à parti. Chacun lui offre un sourire compatissant silencieux. La pauvre radote depuis bien cinq minutes...
C'est son tour. Elle s'avance, oublie de montrer ses papiers, se fait reprendre à l'ordre, et cherche fébrilement où la petite enveloppe bleue a bien pu passer. Elle la ressort de sa poche. L'enveloppe est bizarrement gonflée ... L'assesseur les regarde, chacune son tour : la vieille dame, l'enveloppe, la vieille dame, l'enveloppe. "Vous savez qu'il ne faut mettre qu'une feuille dans l'enveloppe, madame ?" "Ah, rétorque-t-elle, oui je crois qu'on me l'a déjà dit." "A voté ", déclare l'assesseur, tout en ajoutant "n'oubliez pas d'aller à la file suivante pour les cantonales !"
"Pas question, s'énerve la vieille dame, j'ai déjà dit tout à l'heure que je ne voterai pas pour les autres. Je n'ai pas été prévenue et je ne me suis pas préparée !"
Et elle repart d'un pas très digne, sous les regards mi-amusés, mi-catastrophés.
Retour à l'accueil