La femme est en fauteuil roulant. Il lui manque une demi-jambe.
Un homme pousse son fauteuil sur le macadam sombre.
La femme porte la flamme olympique avec une certaine fierté. Elle la protège comme un trésor, la serrant contre elle à certains moments. C'est son moment et elle le vit à fond.
Soudain, des chinois en joggings bleus, lunettes noires et oreillettes lui arrachent la flamme. On retourne son fauteuil et on la pousse rapidement vers une camionnette.
Ses yeux grands ouverts, sa bouche amère et son air interloqué montrent son incompréhension. Ce moment dont elle avait rêvé, on vient de lui voler. Pour une raison obscure de sécurité, le sport et son esprit ont été oubliés, égarés.

Je me souviens du titre d'un livre qui était sur une étagère de la bibliothèque de mes parents : "le jour où la Chine s'éveillera ...".
La Chine s'est réveillée et moi, franchement, je ne suis pas rassurée.
Retour à l'accueil