Je sais. Je ne viens plus très souvent ici.
Il paraît que c'est normal. Que le fait de parler à un thérapeute peut donner cet effet étrange de couper l'envie d'écrire.

Beaucoup d'entre vous l'avaient appris, compris ou deviné à demi-mots suite à certains articles que j'avais écrits ici.
C'était à mots couverts car la machine judiciaire était en marche et il m'était difficile de trop m'étendre sur le sujet.
Trois ans après avoir été agressée sexuellement par un collègue enseignant, après avoir vécu des moments très difficiles, après avoir été écrasée par la machine éducation nationale, puis après avoir appris en décembre dernier que l'affaire était classée sans suite par manque de preuves, j'ai enfin décidé de me faire aider pour aller plus loin.

La première étape a été de savoir si j'allais continuer la bagarre judiciaire ou clore ce sujet une fois pour toutes. Une avocate (une personne extraordinaire) m'a aidée dans cette démarche. Aujourd'hui, je veux avancer, et pouvoir dire qu'il y a un "après". Et pour cela, j'ai pris la décision de voir une thérapeute spécialisée dans les agressions comme celle que j'ai subie.

C'est remuant et dérangeant, ça me rend triste quelquefois, c'est difficile, mais nécessaire. Et je suis sûre d'en sortir plus forte.
Alors oui, je n'écris pas en ce moment. Et j'ai du mal à venir vous voir aussi. Mais ce n'est que temporaire. Je ne ferme pas boutique, je prends un peu de champ libre pour mieux me retrouver. Et je ne vous oublie pas.
A bientôt ,

Votre Naturella
Retour à l'accueil