Non vous n'êtes pas chez Bob l'éponge, cet infâme sous-personnage de dessin animé, et je ne suis pas une des ses horribles copines de cuisine moche à pleurer.

Je ne suis pas non plus une de ces moitiés d'éponges qui font des choses coquines avec des mignons hérissons amoureux, celles dont un des côtés vert espoir fait grat-grat dans les casseroles et les plats en pyrex de la télé et qui les font briller.

Non je ne suis que moi, Naturella (tchik, tchik comme dirait Pods). Et je suis une éponge. Une vraie ! Une de ces éponges naturelles, rondes et à la fois biscornues, avec des petits trous partout, et douce sur la peau. Celles qui se gorgent d'eau à la moinde goutte qui les atteint, celles qui caressent la peau des bébés à l'heure du bain.

Et j'absorbe. J'absorbe tout. Surtout les sentiments exacérbés. Depuis l'agression, c'est encore pire. Jalousie, méchanceté, gentillesse, ironie, regards noirs, propos désagréables, mots doux, générosité, empathie, regards en coin, implorants ou rigolants ? Allez-y, j'absorbe. C'est invivable quelquefois. Hyper agréable d'autres fois.

Je voudrais être une de ces vilaines pailles de fer, celles qui paraissent rondes mais qui sont en fait un amas entortillé de matière dure et qui rayent tout ce qu'elles touchent. Celles qui ne font jamais les fonds de casseroles ordinaires, celles que l'on utilise pour nettoyer les marmites récalcitrantes.

Mais je ne sais pas. Je ne peux pas. Voilà, je resterai éponge toute ma vie et je trouverai la force de vivre avec ce défaut-là. Je ne serai jamais rayante.  Tout juste attrayante ? ;-)
C'est moi, c'est tout. C'est comme ça !

Mais comme me le dit souvent GentleM, t'es confortable toi ! Si j'étais une de ces moches boule de ferraille, je le serais beaucoup moins c'est sûr...




Retour à l'accueil