Rentrée en CLIS demain.
Six enfants handicapés mentaux, avec six handicaps différents, et moi, sans diplôme adéquat. Moi qui ne dois faire que 20% dans cette classe, le mardi justement. Moi qui aurais rêvé de pouvoir me mettre sur une petite chaise en fond de classe pour observer discrètement la titulaire du poste me montrer un peu comment on s'y prend. Mais non. C'est mardi la rentrée, je travaille le mardi dans cette classe, donc je fais la rentrée. Logique.
Juste quelques vagues idées de vouloir bien faire pour que tout se passe au mieux. A peine le temps de bouger deux armoires et trier quelques vieux livres tout abîmés. On dirait que cette classe a vécu Tchernobyl, c'est ahurissant. Le passage de deux conseillères pédagogiques, vêtements impeccables, sourires figés et froids : "Alors, c'est vous la nouvelle ? Prête ? Méfiez-vous, ils sont violents, enfin si vous avez besoin de nous, appelez, on prendra RV, au revoir !" et Pfffft, parties. Et moi, un peu plus paniquée qu'avant. Heureusement, la titulaire est là. Zen à un point !!! et ça m'agace. Je suis sûre qu'intérieurement, elle doit bien rire de me voir comme ça.
L'après-midi n'est pas terminée. L'autre maîtresse avec qui je vais avoir un cours double a aussi besoin de moi. Bouger des meubles, parler de choses et d'autres et voir comment on se partage les disciplines pour ce cours double CE2/CM1. C'est une copine à moi, on se connaît depuis belle lurette, elle me rassure : "je suis sûre que tu vas y arriver parfaitement, sois juste toi-même."
Un tourbillon et la journée est déjà finie. Quelques mots ici pour faire sortir tout ça puis préparer demain.
Demain est un autre jour.

Retour à l'accueil